couv comment lcologie red2.jpg - 15.18 Kb

 

Ce livre tire le fil d'une des idées les plus importantes de l'écologie politique: faire passer le "bien vivre" ou le "mieux vivre" avant le "gagner plus".

Cette idée méritait d'être explicitée. Car la notion de "vivre mieux" peut recouvrir différentes attentes - consommer mieux, travailler mieux, investir mieux, être plus indépendant, donner plus de sens à sa vie.. . Et celles-ci ne sont pas spontanément compatibles. Elles constituent un "système de choix" qui est aussi un système de force.

C'est à ce "système de satisfaction" que me suis intéressé dans ce livre. Pour le décrire, je me suis inspiré à la fois des politiques locales,  des apports de la récente "économies du bonheur", et des approches de la "vie bonne" développées par des disciplines aussi diverses que la philosophie, les sciences politiques ou l'histoire des civilisations.

J'ai ensuite utilisé ce cadre pour proposer des réponses concrètes et inédites aux défis posés par l'urgence écologique.

Le propos est résolument constructif et positif, à rebours de la fascination de beaucoup d'auteurs contemporains pour le déclin, ou l'effondrement.

Ce livre est sorti au pire moment, au printemps 2020, quand toutes les librairies étaient fermées. Il a cependant reçu le prix du livre pour l'environnement, décerné chaque année par la fondation Veolia.

Je vais prochainement lui donner une suite, qui sera plus centrée sur les rapports - compliqués - entre les deux dynamiques qui dominer la scène politique, celle du capitalisme (le gagner plus), et celle de l'écologie (le vivre mieux). Un article publié récemment dans Futuribles donne un premier aperçu de la partie qui est en train de se jouer.